Yenileniyor
  • Adana
  • Adıyaman
  • Afyon
  • Ağrı
  • Amasya
  • Ankara
  • Antalya
  • Artvin
  • Aydın
  • Balıkesir
  • Bilecik
  • Bingöl
  • Bitlis
  • Bolu
  • Burdur
  • Bursa
  • Çanakkale
  • Çankırı
  • Çorum
  • Denizli
  • Diyarbakır
  • Edirne
  • Elazığ
  • Erzincan
  • Erzurum
  • Eskişehir
  • Gaziantep
  • Giresun
  • Gümüşhane
  • Hakkari
  • Hatay
  • Isparta
  • Mersin
  • İstanbul
  • İzmir
  • Kars
  • Kastamonu
  • Kayseri
  • Kırklareli
  • Kırşehir
  • Kocaeli
  • Konya
  • Kütahya
  • Malatya
  • Manisa
  • K.Maraş
  • Mardin
  • Muğla
  • Muş
  • Nevşehir
  • Niğde
  • Ordu
  • Rize
  • Sakarya
  • Samsun
  • Siirt
  • Sinop
  • Sivas
  • Tekirdağ
  • Tokat
  • Trabzon
  • Tunceli
  • Şanlıurfa
  • Uşak
  • Van
  • Yozgat
  • Zonguldak
  • Aksaray
  • Bayburt
  • Karaman
  • Kırıkkale
  • Batman
  • Şırnak
  • Bartın
  • Ardahan
  • Iğdır
  • Yalova
  • Karabük
  • Kilis
  • Osmaniye
  • Düzce
%0.03
BIST 1,408
%0.63
Dolar 8.06
%0.69
Euro 9.67
%1.34
Altın 460.38
REKLAM

Les étapes de réforme du système judiciaire se poursuivront avec le Plan d’action pour les droits de l’homme

24 defa okundu kategorisinde, 28 Şub 2021 - 13:54 tarihinde yayınlandı
Les étapes de réforme du système judiciaire se poursuivront avec le Plan d’action pour les droits de l’homme

Selon les informations reçues par le correspondant des AA, une fois que le Plan d’action pour les droits de l’homme, qui comprend 11 principes, 9 objectifs et de nombreux objectifs, aura été partagé avec le public, des travaux seront entamés pour des réglementations juridiques et administratives.

Dans ce contexte, avec les nouveaux paquets judiciaires à soumettre au Parlement dans le cadre du document de stratégie de réforme judiciaire, les objectifs et les activités du plan seront adoptés et de nouvelles pratiques entreront en vigueur.

Suite à l’annonce du document de stratégie de réforme judiciaire, y compris le plan d’action pour les droits de l’homme, le 30 mai 2019 par le président Erdoğan, 122 des 256 activités du document ont été complétées par de nombreux règlements administratifs et études juridiques.

Dans le cadre du document, dont 50% ont été mis en œuvre, 3 paquets judiciaires ont été adoptés au Parlement à ce jour.

Avec le premier paquet, les droits et libertés des individus ont été élargis avec les modifications apportées à la législation sur la liberté d’expression. Selon l’article 7 de la loi antiterroriste, «les déclarations d’opinion faites dans le cadre de l’information et faites à des fins de critique ne constituent pas un crime». une disposition a été prise.

Après la révision en appel des décisions judiciaires concernant la liberté d’expression et de réunion, l’appel a été porté devant la Cour suprême.

Afin d’éliminer la longue détention, une durée maximale de détention distincte a été fixée pour la phase d’enquête. Les durées maximales de détention ont été raccourcies pour les enfants poussés à la criminalité.

Les procédures de blocage d’accès à Internet ont été révisées dans le cadre de la liberté d’expression. Il a été veillé à ce que l’examen d’entretien pour l’accès aux juges et aux procureurs soit organisé par un comité représentatif plus large.

Examen d’admission à la profession juridique
Les diplômés de la faculté de droit doivent devenir juge, procureur, avocat et notaire, pour réussir l ‘«examen d’entrée pour les professions juridiques». Des modifications ont été apportées à la procédure de recours afin que la procédure puisse être achevée plus rapidement.

Il a été garanti que ceux qui ne demandaient pas de recours en justice pouvaient bénéficier de la décision d’annulation en faveur rendue par la cour d’appel en raison de crimes commis ensemble.

Les droits des avocats dans différents domaines ont été améliorés et, dans ce cadre, ils ont reçu un passeport spécial tamponné.

Afin de faciliter le travail des citoyens et de protéger leur droit à ne pas être terni plus efficacement, les institutions de prépaiement et de poursuites pénales ont été révisées.

Afin d’éviter que les citoyens ne soient confrontés à de longs procès, il a été garanti que les enquêtes sur certains actes pourraient être clôturées par un accord entre l’auteur et le procureur, dans le cadre d’une procédure de procès rapide.

La portée du retour de l’acte d’accusation a été élargie afin d’achever la phase d’enquête et ainsi conclure les procès plus rapidement. Une procédure de jugement simple a été introduite, ce qui permet de juger certains crimes dans le cadre d’une procédure de jugement simplifiée et rapide.

Le champ d’application du report du dépôt d’une action en justice spécifique aux enfants conduits à la criminalité afin de mieux protéger le droit des enfants à ne pas être diffamés a été élargi.

L’utilisation des centres de suivi des enfants et des salles d’interrogatoire médico-légal a été rendue obligatoire, en particulier pour les enfants et les femmes victimes de violences sexuelles afin d’éviter des abus secondaires dans le processus judiciaire.

Il a été rendu possible aux experts (psychologues, pédagogues et travailleurs sociaux) travaillant dans les palais de justice de fournir des services de soutien psychosocial dans tous les processus judiciaires.

Arrangements avec le deuxième paquet
Dans le cadre du deuxième paquet judiciaire, la priorité a été donnée aux diplômés des départements judiciaires des lycées professionnels et techniques lors des examens de recrutement du personnel judiciaire.

Un nouveau modèle de juge d’exécution a été créé et la pratique de l’exécution des pratiques d’exécution par des juges spécialisés a commencé.

Dans certains crimes, il a été possible de bénéficier de dispositions de repentance efficaces pendant la phase de poursuites, renforçant ainsi la compréhension de la justice réparatrice.

Innovations dans le système d’exécution
Le système d’exécution a été révisé et des méthodes d’exécution alternatives ont été développées pour garantir la justice et l’efficacité de l’exécution.

Les périodes à passer dans les établissements pénitentiaires dans le cadre de la mise en liberté sous condition ont été redéfinies.

Les droits des citoyens dans les établissements pénitentiaires ont été élargis. Dans ce contexte, les limites de la pratique actuelle concernant l’exécution des peines de prison le week-end, la nuit ou à domicile ont été renforcées. Le plafond des peines pour la procédure d’exécution pour les femmes et les personnes âgées a été augmenté et les enfants ont été inclus dans cette procédure.

Les femmes détenues qui ont récemment accouché et ont été condamnées à une peine d’emprisonnement totale de 3 ans ou moins ont eu la possibilité d’exécuter leur peine à leur domicile, et il a été stipulé que la peine des femmes enceintes pouvait être suspendue pendant un an et demi.

L ‘«évaluation du bien-être», qui est importante en termes de libération conditionnelle des personnes incarcérées dans des établissements pénitentiaires, de leur passage dans des établissements d’exécution pénale ouverts et de certains autres droits, a été révisée. Dans ce contexte, la pratique d’évaluation du bien-être des condamnés à tous les stades de l’exécution et tous les 6 mois a été introduite. La structure du conseil d’administration qui a fait la bonne conduite a été révisée.

Dans les cas obligatoires et urgents, le pouvoir du procureur général de suspendre l’exécution de la peine de prison pendant 6 mois a été porté à 1 an.

Il était autorisé à suspendre l’exécution en cas de maladie ou d’invalidité permanente des conjoints ou des enfants des condamnés. La portée des possibilités de récompenses qui peuvent être accordées aux jeunes condamnés a été élargie. Le droit des condamnés d’accepter des cadeaux a été élargi et la possibilité de recevoir des cadeaux en dehors d’une certaine période a été offerte aux condamnés qui sont des enfants et aux condamnés de plus de 65 ans, ainsi qu’aux femmes détenues avec enfants.

Le droit de congé d’excuse de 3 jours des condamnés dans l’établissement pénitentiaire ouvert a été porté à 7 jours. Le droit à un congé d’excuse accordé aux condamnés pour rendre visite à leurs proches malades a été élargi.

Règlements commençant par le troisième paquet de juridiction
Dans le cadre du troisième paquet judiciaire, qui a été accepté par la Grande Assemblée nationale turque et est devenu loi, de nouvelles réglementations ont été introduites concernant la phase d’examen préliminaire dans la procédure de procès simple et écrite afin de traiter les litiges dans un délai plus court.

La médiation obligatoire dans les litiges de consommation a été instaurée afin de résoudre les litiges à moindre coût et en peu de temps.

Certaines affaires (telles que les affaires commerciales, les affaires liées aux droits intellectuels et industriels) peuvent être entendues par des juges spécialisés dans les centres provinciaux.

L’application e-Hearing, qui permet aux avocats de se connecter aux audiences des tribunaux via la méthode de visioconférence, a été lancée.

La limite d’application de la procédure de procès simple dans les affaires commerciales a été augmentée, ouvrant ainsi la voie à un achèvement plus rapide des procès.

Les décisions d’incompétence ou d’incompétence étaient notifiées aux parties si elles étaient définitives au moment où elles étaient rendues, augmentant ainsi l’assurance de la liberté de recours.

Parmi les cas où les audiences peuvent se tenir en secret, la situation des «personnes impliquées dans le procès ayant un intérêt supérieur digne de protection» a été ajoutée.

L’exigence selon laquelle la présentation de la preuve devait être déposée à l’avance auprès du caissier du tribunal pendant le dépôt de l’affaire a été abolie, réduisant ainsi le fardeau financier des citoyens.

Objectifs et activités réalisés dans le cadre des activités administratives
La «Déclaration d’éthique judiciaire turque», qui est l’engagement des juges et des procureurs envers leur nation dans le cadre des activités administratives, a été annoncée au public et a commencé à être mise en œuvre par le HSK.

Les juges, les procureurs et les candidats à la profession ont été restructurés afin de mieux préparer l’Académie de justice de Turquie.

Il a été garanti que la conformité des décisions des juges et des procureurs avec les décisions de la Cour constitutionnelle et de la Cour EDH a été observée lors des processus de promotion et des inspections.

Afin d’augmenter la qualité de l’enseignement juridique, l’ordre de réussite, qui est de 190 000 et qui est recherché pour accéder aux facultés de droit, a d’abord été porté à 125 000, puis à 100 000.

Les cours d’appel régionales de Kayseri, Van, Diyarbakır et Trabzon ont été activées, augmentant le nombre de cours d’appel régionales de 9 à 15.

Le tribunal administratif régional d’Adana a été activé et le nombre de tribunaux administratifs régionaux est passé de 7 à 8.

Afin d’améliorer l’accès à la justice, le taux de TVA sur certains services juridiques a été ramené de 18% à 8%.

À partir d’avril 2019, les bureaux du notaire ont commencé à servir le week-end.

Un exemple d’acte notarié qu’ils font dans les consulats de citoyens vivant à l’étranger ont été fournis et peuvent être récupérés instantanément auprès du notaire en Turquie.

Il a été garanti qu’une transaction effectuée par un notaire public en 2019 puisse être reçue instantanément d’un notaire d’un autre endroit. Avec cette application, les distances ont été supprimées et la perte de temps a été évitée.

En 2020, il a été garanti que le transfert d’argent entre les parties n’a pas eu lieu avant la finalisation de la transaction en passant à un système de paiement sécurisé chez tous les notaires.

Avec l’application «e-Notary» dans le cadre des efforts de transformation numérique des services notariaux, la commodité a été apportée aux citoyens. Dans ce contexte, il est possible de prendre rendez-vous auprès de l’office de notaire souhaité avec seulement le minimum d’informations, sans que la personne concernée n’entre dans l’application e-application.

Union concernant les notaires de Turquie en tant que membres du système informatique permettant la préparation des transactions notariales juste pour aller chez le notaire pour les signatures, notaire intéressant non tous vont à la signature électronique à condition que le propriétaire de la protestation, notifie et soit autorisé à faire d’où la partie des opérations notariales telles que la traduction.

Dans un souci de transparence judiciaire, il a été garanti que certaines des décisions disciplinaires du Conseil des juges et des procureurs concernant les juges et les procureurs étaient rendues publiques, à condition que les données à caractère personnel soient protégées.

Un centre de mesure et de suivi de la performance judiciaire a été créé au sein du conseil d’inspection du HSK afin de protéger plus efficacement le droit à un procès dans un délai raisonnable.

Dans le cadre de la réforme des témoins experts, des “principes directeurs à suivre par les experts et des normes à trouver dans les rapports d’experts” ont été définis.

Les procureurs reprennent les audiences des tribunaux pénaux de première instance
Il a été garanti que les procureurs sont présents aux audiences des tribunaux pénaux de première instance.

Le système e-Trial, qui permet aux juges, aux procureurs, aux avocats et au personnel d’économiser du temps et des efforts, a été lancé dans certains tribunaux en 2020. Le système sera déployé dans tout le pays en 2021.

Des mesures spéciales ont été prises pour la violence contre les femmes. Dans ce contexte, une circulaire sur «la mise en œuvre de la loi sur la protection de la famille et la prévention de la violence à l’égard des femmes» a été publiée en 2019, soulignant de nombreuses nouvelles pratiques et déterminant des mesures concrètes.

En 2020, des «tribunaux de précaution» ont été créés et activés par le HSK pour les décisions à prendre conformément à la loi n ° 6284. Dans chaque palais de justice, des juges spécialisés dans leur domaine qui décident de prendre des mesures sur les cas de violence à l’égard des femmes ont été déterminés. L’application de la notification des décisions de mise en garde prises en particulier dans les cas de violence qualifiés et répétés aux personnes dont la prévention est demandée, par le biais des forces de l’ordre, a commencé. Il a été veillé à ce que les cas de violence domestique et de violence contre les femmes soient suivis par des procureurs publics travaillant dans des bureaux privés établis dans les bureaux du procureur général.

En ce qui concerne les droits des victimes, le «décret présidentiel sur le soutien aux victimes de la criminalité» a été publié le 10 juin 2020. Dans ce contexte, en tant qu’exigence de l’approche de la justice axée sur les victimes, une structure institutionnelle concernant les droits des victimes a été mise en place. En 2020, le Département de l’assistance juridique et des droits des victimes a été créé au sein du ministère de la Justice.

Le nombre de directions «soutien juridique et services aux victimes» établies dans 7 palais de justice et mises en place pour fournir des services d’information, d’orientation et de soutien psychosocial aux victimes tout au long de la procédure judiciaire est de 108 à ce jour.

Dans le cadre de la procédure judiciaire, 93 salles d’interrogatoire judiciaire (AGO) ont été créées dans 89 palais de justice afin de recevoir les déclarations et déclarations des victimes appartenant au groupe vulnérable sans se retrouver face à face avec l’accusé et sans traumatisme secondaire.

À partir de l’année scolaire 2020, des centres de formation professionnelle ont commencé à être ouverts dans les établissements pénitentiaires afin que les condamnés et les détenus puissent exercer une profession après l’exécution. Une unité affiliée au palais de justice de Gaziosmanpaşa a été créée à l’aéroport d’Istanbul afin d’éliminer les griefs pouvant survenir au cours de la procédure judiciaire et d’exécuter les procédures judiciaires plus rapidement.

.

Haber Editörü : Tüm Yazıları
Tahsin Hasan
Yorum Yaz